img tyls

Gouvernance : L’évaluation pour une optimisation

Par Normand Hétu

L’évaluation de la performance des conseils, et de leurs administrateurs, est devenue un sujet de plus en plus présent dans la gouvernance des organisations. De nombreux articles et recherches y consacrent une attention particulière. On y attribue une part de plus en plus importante dans l’amélioration de la performance des entreprises et leur croissance.

La tendance actuelle en matière de gouvernance, considérant les enjeux de responsabilités et la rémunération des administrateurs, associe performance organisationnelle à celle des responsables et membres de ses instances décisionnelles.

Qu’en est-il pour un comité consultatif ?

Dans le contexte du comité consultatif, l’évaluation de la performance revêt un caractère distinctif. Leurs membres, bien que pressentis dans le cadre d’un projet concret et précis d’entreprise, sont appelés à faire valoir leur point de vue, des opinions diversifiées et des considérations autres par rapport à des sujets que leur propose l’entrepreneur/dirigeant de l’entreprise. À la différence des responsabilités d’un CA, ces derniers n’ont pas d’impact direct sur les décisions du dirigeant. Ils lui suggèrent et proposent, des visions externes, différentes et diversifiées.

Pourquoi l’évaluation de sa performance ?

D’une part parce que la décision de l’entrepreneur de se doter d’un comité consultatif est souvent le résultat d’une longue réflexion suite à laquelle il formule une vision, un projet de croissance pour son entreprise. Le comité devient pour lui un outil de soutien stratégique et dynamique pour lui permettre de le réaliser. Il faut donc se donner des moyens pour s’assurer de cette réussite et surtout mesurer son atteinte, ou à tout le moins, qu’on chemine bien vers ce but. Tant pour l’entrepreneur que pour chacun des membres, il s’agit d’une volonté commune de contribuer à la réussite de l’entreprise.

Bien que le cadre du comité soit assez souple, flexible et non-contraignant, comportant peu ou pas de contraintes légales, fiduciaires, liées à une rémunération considérée d’importance ou autres, tous veulent s’assurer que leur contribution apporte une valeur ajoutée et qu’elle est prise en compte. L’évaluation sert à s’en assurer. Pour peu qu’on se soit donné des objectifs au départ qui sont partagés par chacun et qu’on les mesure à certaines fréquences. De plus, ces objectifs doivent satisfaire des critères de base à savoir être Quantifiables, Mesurables, déterminé dans le Temps, Écrits et Acceptés. Ce sont les mesures qui feront l’objet de l’évaluation.

D’autre part, l’entreprise de même que les individus qui la constituent ou y sont associés sont appelés à évoluer. Ses objectifs aussi, que ce soit dû à leur atteinte ou à la nécessité de les revoir et de les adapter à de nouvelles réalités. Il faudra donc que chacune de ses constituantes s’adapte d’une façon plus ou moins fréquente. L’évaluation sert à cette fin et permet ainsi d’en optimiser le fonctionnement et la contribution de chacun.

Tout comme l’entreprise et les individus évoluent, le comité évolue également. En fonction des objectifs, de l’évolution interne de l’entreprise et de son environnement, il importe de s’assurer que le comité évolue au gré de ces conditions. Pour ce, il doit demeurer Cohérent, Pertinent, Efficace et Efficient. L’évaluation permet également d’en faire le constat, de l’évaluer et de mettre en place les correctifs appropriés afin d’en assurer l’optimisation.

Ce tout permet d’assurer que le comité demeure toujours optimal. Dans ses objectifs, sa composition son fonctionnement et sa finalité. L’évaluation de sa performance constitue ainsi un outil de choix pour son optimisation.

Vous avez un avis sur ce blogue ?

Écrivez-nous pour nous faire part de vos commentaires : info@cerclegdp.com