img tyls

PME en croissance : efforts concertés

Par Normand Hétu

Lors de notre dernier bulletin, nous vous avons présenté des données provenant de la BDC qui indiquaient que très peu d’entreprises réussissaient le passage à un statut de moyenne et grande entreprise, et de surcroît, que cette tendance était à la baisse depuis les quinze dernières années. Plusieurs facteurs contribuent et peuvent expliquer cet état de fait.

Ce constat partagé par de nombreux intervenants sensibles au développement économique, social et des entreprises a favorisé l’émergence de nombreuses initiatives. Depuis les dernières années, plusieurs ont été proposées et mises en place; PerforME, Prospérité Québec, Adopte Inc., Fonds et investissements dédiés, Bourse Québec, etc.

L’expérience acquise à promouvoir et mettre en place un écosystème de soutien à l’entrepreneuriat et au démarrage d’entreprise a démontré que, bien au-delà du financement, d’autres éléments doivent être présents afin d’assurer la croissance et la pérennité des entreprises. Le financement demeure toujours un élément névralgique dont la disponibilité demeure un enjeu, même si elle croit toujours et que les sources et la provenance se diversifient. Mais il ne suffit pas à lui seul.

Les données, de nombreuses sources, confirment la montée « fulgurante » de l’entrepreneuriat au Québec. « Notre population (le Québec) est devenue une des plus entreprenantes du monde » (Les Affaires , René Vézina, 12 novembre 2016). Tout un écosystème a été mis en place pour soutenir le nouvel entrepreneur émergent.

Les données issues du rapport de la BDC, confirment que le segment des entreprises le plus en croissance est celui des microentreprises avec une croissance de 21,8 % au cours de la période 2001-2013, suivi de celui des PME de 20-49 employés avec 19,7 %. Le segment PME (1-99 employés) a cru de 20,5 % comparativement à 8,5 % pour les moyennes entreprises.

L’analyse de ces données nous démontre également qu’une infime proportion (moins de 2 %) réussit à se propulser à titre de moyennes et grandes entreprises. Comment créer un espace fertile pour renverser cette tendance?

Comme mentionné précédemment, ce constat partagé, de nombreuses tentatives ont été initiées et, à l’instar de la montée de l’entrepreneuriat il importe de multiplier les offres de soutien et dans la mesure du possible les harmoniser.

Nous vous proposons certaines pistes à explorer.

Tout d’abord, partant du rapport de la BDC, on constate qu’à ce stade de développement les ressources requises sont imposantes et qu’elles varient selon le stade. Pour une PME qui veut atteindre le stade de moyenne entreprise les préoccupations des dirigeants sont encore davantage orientées vers les sources de financement alors que pour une entreprise ayant atteint le stade de moyenne entreprise, les assisses financières et la gestion sont plus solides donc une moins grande préoccupation pour ses dirigeants. Bien que la croissance et la compétitivité soient plus intenses, les besoins varient. D’où la nécessité de reconnaître la diversité des outils de support à proposer et qu’il n’y a pas de solution unique et miracle. Seule caractéristique LES BESOINS de l’entrepreneur; financiers, connaissances, expertise, expérience/réalisations, réseaux de contacts, etc.

Il faut donc :

  • Identifier LE BESOIN de l’entrepreneur soit la réalité de son entreprise, les marchés, son environnement et son arène de compétition.
  • Ce qu’il veut et ce dont IL a besoin. Pour que l’outil proposé puisse atteindre les résultats escomptés, il importe que le dirigeant et son équipe se l’approprient et qu’il évolue au gré des besoins de l’entreprise et l’entrepreneur. Dans le cadre de programmes dont une démarche s’inscrit dans le temps, il faut que le soutien se poursuive au-delà de sa durée. L’entrepreneur se sent souvent seul, les solutions proposées doivent servir à briser cet isolement et lui offrir le soutien requis sur une base durable.
  • Tout doit s’articuler et s’harmoniser autour de SES besoins. Plusieurs outils se développent et lui sont proposés. Il faut s’assurer qu’ils ne se dédoublent, voire, se compétitionnent. Il arrive parfois qu’une mesure soit proposée en fonction d’un besoin perçu et en réponse à une réalité bien circonscrite sans tenir compte de sa longévité et de l’évolution de la situation.

Les besoins sont immenses, les solutions tout aussi variées. Il importe qu’elles soient présentes, évolutives et permanentes tout au long de son cheminement.

VOUS AVEZ UN AVIS SUR LA QUESTION ?

Écrivez-nous pour nous faire part de vos commentaires : info@cerclegdp.com