img tyls

Gouvernance et performance : un enjeu pour tous.

Par Normand Hétu

Chaque membre d’un comité consultatif est appelé à participer au projet de l’entrepreneur et au succès de son entreprise. C’est la base première pour siéger au sein d’un comité et y trouver le plaisir et la satisfaction.

Pour un administrateur de compagnie, assumer ce rôle vient avec de nombreuses responsabilités et un encadrement plus rigoureux. D’ailleurs le rôle des conseils d’administration et de leurs directeurs sont l’objet de nombreuses études, analyses et sont sur le feu de l’actualité. De nombreux outils et guides s’adressent à leur rôle, leur encadrement et à la mesure de leur performance. Mac Van Wielingen nous propose certains éléments de réflexion qui trouveraient avantage auprès des personnes qui siègent ou voudraient siéger au sein de comités consultatifs.

Tout d’abord, il demande où peuvent se tourner les administrateurs afin de bien comprendre comment ils pourraient être plus efficaces – comment exercer et remplir ses responsabilités de façon à assurer le succès de l’organisation. Au-delà des guides, procédés et structures de gouvernance disponibles, il souligne l’apport de nombreux experts et chercheurs qui dirigent leur attention sur la dynamique des conseils et de leurs membres.

Voici certains de ses constats et énoncés. Bien que concernés par la dynamique de conseils d’administration, ils s’appliquent tout de go aux comités consultatifs. Pour être efficaces, certains éléments de base doivent être respectés et chacun devrait y apporter sa contribution et son attention.

L’environnement devrait favoriser la confiance et la franchise et encourager les points de vue différents;

Un environnement sous-optimal entraine des dysfonctionnements et de l’inefficacité, ce qui ne favorise pas la contribution aux objectifs et une prise de décision dans le plus grand intérêt de l’organisation;

On pourrait retrouver un manque de confort psychologique et une réticence à se rendre vulnérable aux autres afin d’exprimer véritablement ce que l’on pense. Ce qui pourrait entrainer un problème d’engagement et de volonté à participer;

La perception qu’on ne contribue pas de façon efficace ou à sa pleine mesure ou un manque de confiance pourrait entrainer certaines réticences à s’exprimer ou être évalué;

Un manque de connaissances ou de compétences pour bien assumer son rôle peut également contribuer à un environnement non efficace;

Un manque d’intérêt et l’absence de curiosité peuvent aussi influencer;

Tous les membres d’un comité doivent contribuer à créer un climat et un environnement propice aux échanges et au succès de l’entreprise. Pour Van Wielingen la dynamique sociale d’un conseil doit être saine et supporter le plus haut niveau de discussions rigoureuses afin que l’entreprise bénéficie au maximum de l’apport de chacun et afin de prendre les bonnes décisions. Cet aspect est primordial et plus fondamental pour la performance organisationnelle que toute forme de gouvernance de conformité. Son expérience et celle de ses associés au sein de nombreux conseils permet d’attester de ce fait alors qu’ils ne performent pas nécessairement bien selon des critères de conformité, mais sont très fonctionnels d’un point de vue social et obtiennent d’excellents résultats.

Plusieurs questions se posent à nous à titre de membres de comité :

  • Sommes-nous efficaces?
  • Comment pouvons-nous le démontrer?
  • Quelle place tient la collaboration entre tous les membres?
  • Quels sont les résultats de l’entreprise?
  • Comment percevons-nous la performance de l’organisation comme évidence de notre contribution?
  • Exerçons-nous notre influence afin d’augmenter la probabilité d’atteindre une performance supérieure?

Van Wieilingen considère que la véritable valeur ajoutée (ou non) d’un membre de comité existe dans une réalité autre que celle de la conformité et de l’environnement social. Elles sont essentielles, mais constituent davantage des conditions de base ou prérequises au succès continu de l’entreprise. Cette valeur se retrouve davantage dans une connaissance large et approfondie de l’entreprise, ses enjeux, ses stratégies en fait, tous les fondamentaux de l’entreprise, ainsi que des pratiques de gestion avancées créatives et globales.

La performance, une affaire de chacun.